THE BLOG

25
Avr

HUB AFRICA

Le CVT Valorisation Sud sera présent les 2 et 3 mai prochain à Casablanca (Maroc) pour la 6ème édition de #HubAfrica, plateforme des investisseurs et entrepreneurs en Afrique, dans le cadre d’une mission Métropole Aix-Marseille-Provence.

Serge DUC, Responsable des opérations, y rencontrera des acteurs économiques et porteurs de projet venus du continent africain, mais aussi d’Europe et du reste du monde, pour y promouvoir les missions du CVT et son portefeuille d’offres technologiques.

05
Fév

FORUM AFRICA 2018

Le CVT Valorisation Sud était présent au Forum Afrique 2018 organisé par le CIAN – Conseil français des investisseurs en Afrique et Lemoci, le moniteur du commerce international, le 2 février dans les murs de la CCI Paris Ile de France. L’intégration des enjeux climatiques (thème de l’édition) est bien l’un des nouveaux horizons d’évaluation des opportunités d’affaires en Afrique. Les offres technologiques promues par CVT Valorisation Sud y apportent leur contribution.

18
Déc

Collaboration entre le CVT Valorisation Sud, Zhongde Metal Group GmbH et ses partenaires

Le CVT Valorisation Sud s’est rendu début décembre en Chine, à Jieyang (province du Guangdong), pour y rencontrer les dirigeants de Guangdong Desun Environnemental Technology Co et de Zhong De Metal Group. Les discussions ont porté sur les conditions de transfert d’une technologie permettant le traitement d’eaux industrielles et de sols contaminés par des métaux lourds. Le MoU conclu à cette occasion pourrait signer le début d’une longue collaboration entre le CVT Valorisation Sud, Zhongde Metal Group GmbH et ses partenaires.

30
Nov

Signature d’une licence d’exploitation de brevet entre l’IRD et la société BIOINTRANTS TECHNOLOGIE en Tunisie

 

La signature du contrat de licence a été conclue par le CVT Valorisation Sud en marge des Rencontres AFRICA 2017, à Tunis, le 5 octobre dernier. Ce transfert de technologie est issu d’une collaboration active entre l’Institut de recherche pour le développement (IRD) et le cofondateur de BioIntrants Technologies, Yassine Ben Menadi.

BioIntrants Technologies est une jeune société de droit tunisien spécialisée dans la transition vers une agriculture saine et durable. Implantée dans la zone industrielle de Henchir Bouteffeha, à Béja, près de Tunis, elle comprend :

  • – une unité de production de fertilisants solides autour d’un produit de base, le bio-compost ;
  • – une unité de fermentation en milieu solide, avec production de bio-pesticides.

Les produits générés par cette dernière activité seront produits sous licence IRD.

La future unité de production de bio-intrants destinés aux marchés de l’agriculture durable pour la Tunisie et d’autres pays africains, est promise à un bel avenir.

Yassine a collaboré avec l’IRD au sein de l’unité mixte de recherche IMBE (Institut méditerranéen de biodiversité et d’écologie marine et continentale) pour trouver des alternatives sûres aux intrants utilisés dans les systèmes agricoles. Il a participé à deux programmes européens : le premier, DiaMed, sur l’intégration des jeunes diplômés, qui a suscité son intérêt pour l’environnement et l’a orienté vers l’entrepreneuriat ; le second, SwitchMed, qui l’a aidé dans l’incubation de son projet de création d’entreprise.

20
Nov

Convention de partenariat avec l’Assistance publique – Hôpitaux de Paris

L’Assistance publique – Hôpitaux de Paris et son établissement pharmaceutique (AGEPS) a déclenché sa convention de partenariat avec le CVT Valorisation Sud pour lui confier le transfert de 7 de ses produits historiques sur les marchés des Suds. Les premières prospections conduites par Vanessa Zepponi, PhD pour le transfert de ces Savoir-faire s’avèrent prometteuses.

30
Oct

Salon BioFit 2017

Le CVT Valorisation Sud sera présent, cette année encore, au salon #BioFit 2017, les 28 et 29 novembre à Strasbourg . Vanessa Zepponi, PhD sera sur place durant les deux jours pour des rendez-vous d’affaires.

23
Oct

Nouvelle arrivée dans l’équipe du CVT Valorisation Sud

Adrien Favreau a rejoint l’équipe du CVT Valorisation Sud depuis le 15 octobre. Il y a pris les fonctions de chargé d’affaires dans les Agroalimentaire et Nutrition.

04
Oct

Le CVT Valorisation Sud présent aux Rencontres AFRICA 2017, à Tunis

04/10/17

Le CVT Valorisation Sud sera présent à la 2ème édition des Rencontres AFRICA 2017, à Tunis, les 5 et 6 octobre prochains. Cet événement majeur propose des rencontres entre entreprises africaines et françaises pour favoriser les échanges et partenariats.

Y seront promues les technologies multithématiques ciblées dans le cadre du travail de prospection commerciale mené par le CVT (TIC, agronomie et environnement, notamment). Des rdv BtoB sont également programmés avec des acteurs économiques tunisiens.

14
Sep

TRACESENSE – L’innovation au service des mesures de polluants ultratraces dans l’eau. Interview de David Point, chercheur à l’IRD et responsable du projet

14/09/17

Par Amelia TULACZ, chargée d’affaires au CVT Valorisation Sud, amelia.tulacz@cvt-sud.fr

Quel est le contexte actuel des solutions en mesure des polluants ?

La mesure de polluants métalliques, organométalliques ou molécules organiques toxiques émergentes (perturbateurs endocriniens, résidus de médicaments, pesticides, etc.) dans l’environnement représente un challenge analytique et socio-économique considérable compte tenu des besoins règlementaires et de recherche qui nécessitent aujourd’hui un suivi de ces composés toxiques à des niveaux ultratraces (μg/L, pg/L).

Existe-t-il des systèmes qui permettent de faire de tels prélèvements et analyses ?

Les prélèvements et l’analyse de micropolluants à l’état d’ultratrace dans les hydrosystèmes sont essentiellement réalisés par des laboratoires hautement spécialisés qui nécessitent toujours la collecte d’échantillons d’eau, leur filtration, stabilisation, et purification avant l’analyse. Le coût et la complexité des méthodes « propres » de prélèvement, de traitement d’échantillon et d’analyse, qui sont souvent aussi spécifiques à chaque composé étudié, rendent l’application de ces approches traditionnelles non adaptées aux besoins actuels et futurs des différents acteurs socio-économiques et des organismes de recherche et de santé concernés.

Quelles sont les innovations et nouvelles méthodes pour répondre à ces contraintes?

Afin de répondre à ces contraintes techniques, opérationnelles et budgétaires dans un contexte croissant de composés toxiques à « screener » dans de nombreux hydrosystèmes, le développement de solutions innovantes à très haute performance, simple à mettre en œuvre et à bas coût est nécessaire. Une approche récente et intéressante consiste à utiliser des dispositifs de préconcentration in situ jetables déployés dans l’eau et qui sont spécifiques à certaines molécules d’intérêt. Ces dispositifs de préconcentration passifs se composent d’une membrane « accumulatrice » qui contient des groupes chimiques spécifiques capables de préconcentrer spécifiquement certains composés toxiques d’intérêt (métaux, traces, pesticides, perturbateurs endocriniens) et d’une couche spécifique de diffusion inerte (hydrogel, membrane). La surface de ces capteurs passifs, la nature et l’épaisseur de la membrane de diffusion influencent de façon directe la vitesse de préconcentration des composés toxiques d’intérêt depuis le milieu aquatique vers la zone accumulatrice du capteur. Après exposition, ces capteurs passifs sont démontés et la membrane accumulatrice est analysée en laboratoire. Les capteurs les plus utilisés sont de type Polar Organic Chemical Integrative Sampler (POCIS) pour l’analyse de pesticides et micropolluants organiques hydrophiles, ou la technologie Diffusive Gradient in Thin film (DGT) pour l’analyse des métaux lourds et métalloïdes présents en faible concentration dans les environnements aquatiques.

Ces méthodes semblent prometteuses mais très peu utilisées… Pourquoi ?

Bien que cette approche représente une méthode simple à mettre en œuvre, avec un coût très limité, et offre la possibilité très attractive de suivi à large spectre pour plusieurs familles de composés organiques, organométalliques et inorganiques, elle souffre de plusieurs limitations. Ces limitations sont liées à la lenteur des vitesses de préconcentration (déploiement de plusieurs jours/semaines nécessaires), des problèmes de biofouling et de dynamique physique du milieu (courant, agitation) qui affectent les propriétés de préconcentration et qui induisent des biais significatifs sur les mesures réalisées. Partant de ce constat, nous venons de mettre au point et de breveter une nouvelle technologie de préconcentration dynamique intelligente à haute performance permettant de résoudre les contraintes actuelles des échantillonneurs passifs et de booster leur performance avec des temps de préconcentration in situ de quelques minutes seulement.

En quoi consistent donc ces derniers travaux au sein des laboratoires de l’IRD ?

Durant deux années, nous avons mis au point et récemment breveté une solution technologique innovante, intelligente et à haute performance permettant de préconcentrer en quelques minutes directement dans le milieu naturel et de façon spécifique des quantités importantes de certains composés toxiques présents en ultratraces dans l’eau. Le principe de fonctionnement consiste à faire vibrer à haute fréquence et de manière contrôlée des supports de préconcentration solides nanostructurés sur lesquels sont greffés des groupements chimiques capables d’accumuler spécifiquement certaines molécules toxiques d’intérêt. Mon équipe a développé en particulier des nanostructures complexantes spécifiques au mercure inorganique (iHg) et au méthylmercure (MeHg). D’autres familles de groupements fonctionnels peuvent être utilisées pour cibler dans le futur d’autres composés hydrophiles tels que les pesticides, les résidus de médicaments, ou divers perturbateurs endocriniens, etc. Cette technologie dynamique, appelée Tracesense, est illustrée à la figure ci dessous. Notre capteur est piloté par un système intelligent de régulation électronique permettant de contrôler précisément la vitesse de préconcentration des analytes ultratraces depuis le milieu aquatique ambiant vers les supports solides complexants quel que soit le positionnement du capteur une fois immergé. Cette approche de « smart sensor» est primordiale afin de garantir des performances optimales de préconcentration pour une utilisation par un large public non-expert. Notre objectif est de simplifier au maximum les processus de création d’observatoires participatifs de monitoring de la qualité des eaux.

01
Sep

Signature d’une licence d’exploitation de marque et de communication de savoir-faire entre le Cirad et la société GORILLA au Gabon

01/09/17

El@Out : Propulseur à piment pour atténuer les conflits hommes-éléphants

Le CIRAD et GORILLA, société implantée à Libreville au Gabon, ont signé le 26 juin 2017, grâce à l’action du CVT Valorisation Sud, un contrat de licence d’exploitation de marque et de communication de savoir-faire pour El@Out.

El@Out est un appareil permettant de faire fuir les éléphants pour :

•       réduire la destruction des cultures et des plantations,

•       diminuer la perte de vie humaine et les blessures,

•       reprendre l’occupation des points d’eau,

•       limiter les pertes financières pour les communautés

L’appareil sera fabriqué et distribué  par GORILLA sur la base d’un petit canon en bois qui projette un projectile contenant une solution élaborée à partir de piment dont les effets tendent à repousser les éléphants.

El@Out comprend deux propulseurs (un manuel et un automatique) qui permettent de créer une barrière « psychologique »  vis-à-vis des éléphants en leur envoyant une balle de ping pong contenant un mélange à base de piment dont les effets tendent à repousser les éléphants; cet outil est un système simple et facile à utiliser.

Le propulseur automatique a été élaboré avec la Fab’Lab « La Fruitière numérique » en France (labellisée FrenchTech Culture), et le propulseur manuel fait l’objet d’un partenariat commercial avec la société G’Plastit en France.

Le CVT Valorisation Sud accompagne depuis plusieurs années ce projet original destiné à maîtriser et à réduire les conflits homme-faune sauvage, principalement avec les éléphants dans les zones concernées (Afrique, Inde, Sri-Lanka…).

El@Out s’inscrit dans une optique d’innovation frugale : être inventif et astucieux à moindre coût. Le matériel sera composé de matériaux locaux et recyclables, pouvant être réparés directement sur le terrain.

Un développement prometteur est déjà envisagé grâce aux commandes en cours au Gabon et en Afrique de l’est notamment.

– Gorilla : www.gorilla.ga
– Cirad : www.cirad.fr
– La Fruitière numérique : www.lafruitierenumerique.com